Aller au contenu
Accueil » News » Taux d’endettement immobilier : ce qu’il faut comprendre

Taux d’endettement immobilier : ce qu’il faut comprendre

  • par

Avant un achat immobilier, il convient d’abord de déterminer la capacité d’emprunt. Elle est déterminante pour les banques, car elle leur permet d’évaluer la capacité de l’emprunteur à rembourser son crédit. Elle est évaluée selon le taux d’endettement immobilier. Pour mieux comprendre ce dernier, voici toutes les informations à connaitre.

Taux d’endettement immobilier : Qu’est-ce que c’est ?

Le taux d’endettement correspond à la part des revenus nets mensuels que l’emprunteur est en mesure de consacrer pour rembourser un crédit. Ce chiffre sert d’indicateur clé pour les banques, car il leur permet de s’assurer que l’emprunteur est capable de faire face au remboursement de son crédit. Il intervient ainsi lors de l’étude de faisabilité des demandes de prêt immobilier. Jusque-là, aucun texte de loi ne définit le taux maximum. Cependant, le Haut Conseil de Stabilité Financière ou HCSF donne des recommandations de manière périodique. Les banques suivent généralement ces recommandations, mais peuvent décider autrement selon le profil de l’emprunteur.

Comment faire le calcul du taux d’endettement ?

Le taux d’endettement immobilier se calcule sur la base d’une formule mathématique toute simple :

Taux d’endettement = montant des crédits et des charges fixes x 100 / revenus

Les revenus à tenir en considération sont les revenus nets avant impôts et les autres sources de revenus de l’emprunteur. Les salaires sont évalués de manière mensuelle. Quant aux primes certaines et récurrentes, elles sont inscrites par année. Outre la rémunération, il faut aussi tenir compte de la pension de retraite ou les revenus de remplacement comme les allocations de retour à l’emploi ou l’allocation aux adultes handicapés. Si le salaire d’un employé est variable, c’est le salaire total moyen net perçu sur les 3 à 6 derniers mois qui est pris en compte. Les entrepreneurs et les chefs d’entreprise basent leur calcul sur les résultats annuels. Il en est de même pour les artisans, les commerçants, ainsi que les professions libérales. Les banques demandent souvent les chiffres des 3 dernières années. En considérant un tiers de ses revenus (entre 33 % et 35 % de taux d’endettement immobilier), l’emprunteur obtient une idée précise de son taux d’endettement maximal. Ainsi, le calcul de la mensualité maximale tolérée par les banques est plus facile.